Parce qu'au début de tout il y a la lumière
Parce qu'au début de tout il y a la lumière
WORLD LED SXM Car au commencement de tout, il y a la lumière !
WORLD LED SXMCar au commencementde tout, il y a la lumière !

         DERNIERE INFOS SUR UV-C                           PAR OMS, CIE, AFE !

Toutes les informations qui paraissent dans la presse depuis le début de l'année à propos des applications LED UV-C et autres procédés de désinfection par la lumière.

Rayonnement UV pour empêcher la propagation Covid-19
 

Le Collège santé de l'AFE, la CIE et l'OMS, mettent en garde contre l'utilisation de lampes de désinfection par rayonnement UV pour les mains et la peau.
 

Les UV sont utilisés de longue date pour stériliser des instruments médicaux ou des surfaces professionnelles. Ils permettent de détruire les bactéries et les virus, notamment le Covid-19 en altérant l’ADN ou l’ARN de ces micro-organismes. C’est pourquoi, le recours à des techniques de stérilisation à l’aide d’UV a été préconisé pour lutter contre la propagation de la pandémie en assurant la désinfection de divers matériels et de locaux recevant du public. Il s’agit là d’un usage professionnel réglementé. Seul le personnel formé à l’utilisation de ces appareils, connaît les précautions d’utilisation indispensables à effectuer pour éviter les accidents liés à ce rayonnement.

La Commission internationale de l’éclairage (CIE), en accord avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), met en garde contre l’utilisation de lampes de désinfection par rayonnement UV pour stériliser les mains ou toute autre zone de la peau.
 

« Le rayonnement UV a un grand rôle à jouer dans la désinfection de l’eau, de l’air intérieur et des surfaces, mais il peut être dangereux s’il est utilisé de manière inappropriée ».

Dr Peter Blattner, président de la CIE

 

Il est désormais, possible, pour le grand public d’acquérir des appareils de stérilisation à usage « domestique » de petites tailles, et peu onéreux. Lors de leur utilisation, les règles et précautions doivent être strictement les mêmes qu’en milieu professionnel sous peine d’occasionner des accidents ou complications graves.
 

Le rayonnement UV émis par ces appareils de stérilisation ne doit pas être appliqué directement sur la peau et la source ne doit pas être regardée sans lunettes de protection. Ils ne sont pas destinés à stériliser les mains ou toute autre partie du corps, sous peine d’exposer l’usager à des lésions cutanées ou oculaires à court et moyen terme.
 

L’Association Française de l’éclairage AFE, son Collège santé et le CIE-France rappellent les règles d’utilisation de ces appareils professionnels et mettent en garde contre les dangers d’un usage non maîtrisé de ces sources.

 

Position CIE sur l’utilisation du rayonnement UV ultraviolet
 

La nouvelle prise de position de la CIE (12 mai 2020) fournit les informations les plus récentes pour expliquer les aspects les plus importants de l’utilisation du rayonnement UV, et plus particulièrement de l’UV-C (le rayonnement ultraviolet entre 100 nm et 280 nm), pour traiter et maîtriser la transmission de la maladie infectieuse.

Les points essentiels à retenir dans cette prise de position sont les suivants :
 

  • Le rayonnement UV-C est très utile pour désinfecter l’air et les surfaces ou pour stériliser l’eau. Néanmoins, la CIE et l’OMS recommandent de ne pas utiliser de lampes UV germicides pour désinfecter les mains ou toute autre zone de la peau (OMS, 2020).
     
  • Le rayonnement UV-C peut être très dangereux pour les humains et les animaux ; il doit être utilisé dans des conditions soigneusement contrôlées, avec des produits bien conçus, garantissant une exposition inférieure aux limites spécifiées par l’ICNIRP (2004) et l’IEC/CIE (2006). Néanmoins, le risque de cancer de la peau généré par des appareils qui émettent seulement de l’UV-C est considéré comme négligeable.
     
  • Le rayonnement UV-C peut causer la photodégradation de certains matériaux tels que le plastique ; il faut en tenir compte dans les environnements où des matériaux sensibles sont exposés.
     
  • Il est urgent de poursuivre les recherches sur la sécurité des nouvelles sources d’UV-C, notamment en ce qui concerne les seuils permettant d’éviter la photo-kératite (« coup de soleil » de la cornée). En effet, au niveau oculaire, ces UV sont responsables de photo-kératites (ophtalmie des neiges), de photo-conjonctivite par la sécheresse oculaire induite aboutissant à des ptérygions (qui sont un envahissement de la cornée par la conjonctive) et au long cours des cataractes. Leur implication dans la survenue de dégénérescence maculaire liée à l’âge est évoquée.
     
  • Il est essentiel de mesurer correctement le rayonnement UV pour évaluer et gérer correctement le risque associé à son utilisation.
     
  • Les produits émettant de l’UV-C destinés au grand-public peuvent être dangereux ou inefficaces pour la désinfection s’ils ne sont pas de qualité suffisante ou s’ils sont mal utilisés.
     

Gaël Obein, Président de l’AFE, Président de CIE-France, Maître de Conférences HDR au CNAM, Docteur en « Systèmes Physiques et Métrologie », Responsable d’étalonnage pour la photométrie et spectrophotométrie au Laboratoire commun de Métrologie (LNE-CNAM).

Dr. Christophe Orssaud, Président du Collège Santé de l’AFE, Responsable de l’Unité Fonctionnelle d’Ophtalmologie aux Hôpitaux Universitaires ParisOuest (CRMR OPHTARA HEGP, AP-HP Paris).
 

Communiqué de presse de l’AFE du 18 mai 2020

Aujourd'hui... trop de choix...

 

La situation actuelle avec la pandémie depuis 2020, à créée comme un effet de ré-éclosion de la technique de stérilisation et de décontaminations des surfaces et de l'air par les ultraviolets.

En effet, bien qu’utilisés depuis longtemps pour leur efficacité, les systèmes ont été amenés à se répandre dans l’espace public, vantés comme de nouvelles technologies, inondant la toile et les boutiques en ligne, mais souffrant hélas de la méfiance du public, méfiance dont les nouvelles technologies peuvent souvent pâtir à leur sortie. De plus, la dangerosité des ultraviolets est souvent mise en avant par les détracteurs, souvent vendeurs de produits chimiques, qui refusent la complémentarité des systèmes efficaces malgré le fait que le seul but aujourd’hui est de protéger le public !

l’Eau de Javel est très dangereuse et nous n’en buvons pourtant pas souvent, pourquoi cela serait il différent avec les UV ? utilisés comme ils doivent l’être, ils ne représentent aucun danger.

État des lieux

 

Les ultraviolets sont aujourd’hui adaptés à d’autres utilisations que les milieux hospitalier ou laborantin. Tant en termes de puissance, qu’en termes d’applications, nous les trouvons sous diverses formes. En fonction des besoins et du temps d’action nécessaire, on les trouvera sous la forme de tubes Quartz ou de LEDs intégrés à des systèmes robotisés ou mobiles (et de différentes puissances).

Ils permettent de traiter les surfaces ou l’air avec une efficacité proche des 100% et associent souvent plusieurs fonctionnalités connexes (éclairage + décontamination – décontamination UV + Ozone – Décontamination UV+ vaporisation -…).

 

RAPPEL : seules les parties éclairées sont nettoyées par les UV pendant un cycle.

Ainsi, toutes les structures, quelle que soit leur taille ou la dimension des surfaces à traiter peuvent acquérir une solution qui leur est adaptée. Les COMMERCES, Les CABINETS MÉDICAUX et CENTRES DE SOINS, les ÉCOLES, les CENTRES ADMINISTRATIFS, les CENTRES COMMERCIAUX, les TRANSPORTS et LIEUX D’ACCUEILS, les RÉFECTOIRES, LES SALLES OU LES COMPLEXES SPORTIFS, LES THÉÂTRES & CINÉMAS, les PLATEAUX de BUREAUX, Les USINES, les ENTREPÔTS, les VÉHICULES…  Qui n’est pas concerné ?

Comment choisir ?

 

À moins de se trouver dans un laboratoire, il est difficile de constater l’efficacité de l’action des UV. Seuls l’expérience acquise depuis des siècles et les études sorties depuis quelques années permettent de le constater.

Pour qu’ils soient efficaces, certaines conditions doivent être respectées mêlant puissance, distance et temps de rayonnement du dispositif, quel qu’il soit. Il faut noter que l’utilisation des UVC est optimisée si ces paramètres le sont aussi.

Cependant, si la distance est trop grande pour que l’action lumineuse soit rapide, elle restera active. Seul le temps d’exposition devra alors être prolongé pour atteindre le résultat souhaité.

Il est donc important que ce point soit compris. Aujourd’hui, trop de propositions de matériel parlent des résultats sans parler du temps passé pour les atteindre.

La question à se poser est donc rapportée au temps à passer pour décontaminer une surface. Si un seul dispositif de 80w peut obtenir des résultats de 100% (99,99%) pour décontaminer une surface de 400 m². Pourquoi alors choisir un dispositif de 2000w qui a les mêmes résultats ? Tout ne dépend que du temps. L’appareil de 2000w le fera en 1h alors que l’autre le fera en 6h.

La qualité des composants intégrés est également un point crucial. Pouvoir utiliser un dispositif sereinement et en toute confiance en dépend. Pour cela, seuls les experts sont en mesure de vous proposer des solutions efficaces et pérennes, ce que nous faisons pour garantir votre satisfaction.

Pour résumer

 

Bien utilisés, les ultraviolets rendent des services considérables dans les processus de stérilisation et de décontaminations de l'Air et des Surfaces.

 

Retrouvez également nos produits KNX, les IOT, ainsi que de la documentation concernant la domotique et le protocole KNX sur :

world-led-france.com

 

Nos coordonnées

WORLD LED SXM
 

 

DUTCH SIDE
SIMPSON BAY
SINT MAARTEN

 

 

MAIL CONTACT
contact@world-led-sxm.com

Actualités:

Profitez de notre garantie de 2 à 5 ans suivant les produits pour l'éclairage LED.